R&D
Nouvelles idées, études statistiques, et programmation...

Etude de la résilience d'un support/résistance au carnet d'ordres

élaboration de pièges de market making dans la micro structure du carnet

La résilience se défini, selon l'industrie financière, comme étant la vitesse "x", à laquelle les ordres limites réagissent à l'instant t, par rapport à un mouvement de prix "y" qui s'est effectué à l'instant t-1.  

Dans la pratique, la mesure de la résilience d'un support ou d'une résistance illustrera alors l'évolution de la force ou de la faiblesse de ce support/résistance, par rapport aux mouvements de prix, et au temps qui passe. 

--> Exemple sur le QuantMap du contrat DAX septembre 2016 : 

Sur ce QuantMap v6 du DAX, on peut voir que le prix est entrain de monter et qu'une résistance apparait à l'ask du carnet pour une quantité initiale de 27 ordres limites disponibles sur le niveau de prix des 9650 à 18H06.17s.

Indiqués en rouge fonçé dans la map quantifiée du Quant, cet amat d'ordres limite constitue une barrière apparente à la vente. L' action du prix semble être contenue dessous jusque 18H07.05s, puis s'approche de la resistance en question à seulement 5 tick de celle-ci quelques seconde aprés.

C'est à ce moment là qu'il va falloir étudier à la loupe le QuantMap pour prendre une éventuelle décision pertinente. Que se passe-t-il au niveau de cette résistance à l'ask ? et au niveau du bid depth correspondant ?

--> Regardons de plus prés ...

--> Dans cette première phase, où le prix demeure une dizaine de tick sous cette résistance matérialisée par un ordre limite de 27 à l'ask ; on voit que la résilience de cette résistance est faible : la quantité initiale reste en place, voir augmente sensiblement. 

--> Dans la deuxième phase, lorsque le prix s'approche de cette résistance au carnet, à environ 5 tick au début, puis 1 tick vers la fin, on constate trés clairement que la résistance s'affaiblit ; en effet la quantités d'ordres limite initiale commence à être retirée, ordres par ordres, alors que rien ne vient consommer au marché puisque le prix reste en dessous de cette résistance. La résilience de cette résistance commence donc à augmenter ; attention aux fades short !  

On voit sur la fin de ce screen du QuantMap, lorsque le prix s'approche à un tick de cette résistance au carnet, qu'il ne reste plus que 14 ordres limite disponible à l'ask sur ce niveau de prix des 9650 ; c'est à dire qu'il y a plus de la moitié qui s'est "évaporé"... De la liquidité fantôme.

De plus les 13 ordres limites enlevés à l'ask sont (probablement) les même (r)ajoutés au level 1 du bid pour porter ce niveaux de prix à 17 ordres limites acheteurs en totalité. Flipping d'ordres à l'ask vers le bid. Le piége est en place. Ces configurations sont assez dangereuses à fader à la vente lorsque la résilience d'une résistance au carnet est aussi forte, mais opportunes pour travailler une cassure haussière.

--> Voyons ce qu'il se passe au bid du carnet au même moment ....

Durant le même temps, et alors même que la liquidité s'enlève sur cette résistance à l'ask du carnet à cause de cette forte résilience ; on constate que le bid du carnet commence à se manifester, à s'organiser, et à augmenter sensiblement sur plusieurs niveaux de prix simultannémment. 

A peine 7, 8 ou 10 contrats par niveaux de prix au bid au départ, qui se transforment ensuite entre 12, 15 et 18 contrats lorsque le prix approche de la fameuse résistance au carnet. La résilience de ce support fraichement créé, est donc de + en + forte, incitant le flow d'ordres marchés en réponse à frapper l'offre disponible à l'ask du carnet

A ce moment là, il est donc assez risqué de tenter un fade en vendant sous cette résistance, car on voit clairement que la pression au carnet est entrain de s'inverser. Le processus d'ajouts et de retraits d'ordres limites est entrain de s'effectuer sur un terrain favorable aux acheteurs de ce marché. Plutot qu'un fade vendeur, une prise de position acheteuse pour anticiper la cassure, ou un ordres limite acheteur au dessus de la résistance pour travailler sa cassure est plus envisageable.

Cette configuration constitue en réalité une véritable porte ouverte qui s'enfonce au profit d'une hausse de prix suite aux retraits d'ordres limite à la vente, puis aux démentellement du restant de la quantité initiale (27-14 = 13) ainsi qu'à l'ajout d'ordres limites à l'achat au bid du carnet.

En conclusion, on voit donc que l'étude de la résilience d'un support ou d'une résistance au carnet va être extremment déterminante pour savoir si il faut plutot travailler du fade ou plutot travailler du go with.

En aucun cas on ne va travailler une éventuelle anticipation de cassure d'un support ou d'une résistance, si celui-ci est entrain de se renforcer. A contrario, en aucun cas on ne va travailler un éventuel fade d'un prix, si on voit que la résistance ou le support qu'on utilise s'affaiblit.

--> Au + la résilience d'un support/résistance va être forte, et au + ce support/résistance va être fragilisé(e).

--> Au + la résilience d'un support/résistance va être faible, et au + ce support/résistance va être renforcé(e)

Reflexion sur le price impact des ordres marchés

Quels modèles ???

Depuis les années 1970, 80, et notamment depuis l'avénement de l'informatique, nombreux académiciens, scientifiques, chercheurs, tradeurs, analystes, ont profité du stockage de data pour chercher à modéliser l'impact des ordres marchés sur l'évolution des prix. 

Les théories standards "Brownienne" et "Gaussienne", trés enseignées dans les grandes écoles et universités, nous indiquent que les ordres marchés impacteraient les prix d'une façon purement linéaire (y=x) ou exponentielle (y=x²).

Seulement voila, ces modèles mathématiques prédictifs, qui tentent de modéliser l'impact des ordres marchés sur les prix, ne prenennt pas en considération le poids qu'ont les algorithmes de trading à haute fréquence, et sont donc devenus complétement aléatoires dans leurs utilisations aujourd'hui.

Vers la fin des années 2000, des mathématiciens, et des physiciens emmergent du monde académique pour se tourner vers la sphere financière et proposent de tout nouveaux modèles mathématiques mettant en évidence l'impact des ordres sur l'évolution du prix. 

Philippe Bouchaud, un visionnaire ?

de la physique quantique à la micro structure des prix

Un modèle vérifié

Au début des années 2010, après s'être concentré sur les liens entre la physique statistique, et le risk management appliqué au trading, Philippe Bouchaud a étudié quels étaient les différents types d' impacts des ordres sur les prix des marchés. 

En exploitant les données statistiques de la liquidité et des volumes des marchés grâce aux aggrégateurs et fournisseurs de flux, il a pu mettre en évidence un modèle prédictif de l'impact des ordres sur les prix qui reposent sur une réalité vérifiable et vérifiée : celle de la micro structure des prix des marchés.

En effet, Philippe Bouchaud s'est rendu compte que l'impact des ordres marchés sur le prix était en fait l'inverse d'une fonction exponentielle (c'est à dire une fonction racine carré : voir graphique ci dessus.) 

Contre toutes attentes, et à l'encontre de toutes théories enseignées jusqu'alors dans le secteur, ses différentes études statistiques sérieuses en la matière sont venues crédibiliser son modèle mathématique.

Sa société en est ainsi devenue un collaborateur clé et d'envergure auprès de plusieurs grandes banques américaines, pour la conception, la recherche et le développement d'algorithmes de market making HFT. 


Market Micro Structure

L'oeuvre de Philippe BOUCHAUD, Market Micro Structure, des editions WILEY, co écrit avec Frédéric ABERGEL, et Thierry FOUCAULT.

--> Feuilleter https://www.amazon.fr/Market-Microstructure-Confronting-Many-Viewpoints/dp/1119952417/ref=sr_1_sc_1?s=english-books&ie=UTF8&qid=1464778779&sr=1-1-spell&keywords=market+micro+structure+bouchaud

PI=f(Vx) ???

l' impact des ordres sur le prix dépenderait de la racine carré de leurs quantités!?

Vous me recevez? Non.. Ok, c'est normal.

Vous ne voyez pas le lien entre ce que j'explique au dessus et le scalping? Ok..respirez.

Allons y, et décortiquons cet exemple!

--> Time And Sales du SP500 futures (emini ES)

* phase 1 : [20H38.51-20H38.57] au prix de 1921.50 avec 483 contrats vendeurs marchés pour 3 trades.

* phase 2 : [20H39.00-20H39.13] au prix de 1921.25 avec 238 contrats vendeurs marchés pour 4 trades.

* phase 3 : [20H39.19] au prix de [1921-1920.50] avec 2804 contrats vendeurs marchés pour 18 trades.

* phase 4 : [20H39.22] au prix de 1920.25 pour 50 contrats vendeurs marchés en un trade.

* phase 5 : [20H39.22-20H39.31] au prix de 1920.25-1920.5] avec 355 contrats vendeurs marchés pour 9 trades.

--> Commentaires : 

* on bouge de 1 tick en phase 1 avec 238 contrats vendeurs marchés : impact de 238/1 = 238

* on bouge ensuite de 1 tick en phase 2 avec 483 contrats vendeurs marchés : impact de 483/1 = 483

* on bouge aprés cela de 2 tick en phase 3 avec 2804 contrats vendeurs marché : impact de 2803/2 = 1401.5

* on bouge ensuite de 1 tick sur 50 contrats vendeurs marché, mais vers le haut ! Le prix passe de 1920.25 à 1920.50 sur 50 contrats vendeurs marchés ! On reste ensuite sur ce niveau des 1920.50 alors que les vendeurs marchés continuent de frapper (355 contrats vendeurs marché au total) : impact de 355/-1 = -355

--> Conclusions : 

Nul besoin de mettre les points d'impact sur un graphique pour se rendre compte que la courbe d'impact de ces ordres marchés vendeur sur le prix n'est absoluemment pas linéaire, et encore moins exponentielle. En effet, + ça tape market vendeur, et moins ça monte (en comparaison à la taille des contrats vendeurs marchés). Pire on voit en phase finale, que l'impact des ordres marchés vendeurs s'inverse ! Les derniers contrats vendeurs marchés se retrouvent à faire upticker le prix, ce qui est juste "surnaturel" d'un point de vue théorie économique de l'offre et de la demande. 

Cet impact, qui est en fait l'inverse d'une fonction exponentiel (--> fonction racine carré), illustre justement à merveille la notion d'absorption que nous pouvons visualiser dans le footprint du Quant. Il faut de + en + de contrats vendeurs pour faire baisser le prix (donc l'impact de ces contrats vendeurs marchés diminue), jusqu'à ce que des contrats vendeurs market fasse remonter le prix.